Extinction nocturne de l'éclairage public dès le 3 octobre

Dès le lundi 3 octobre, la Ville de Port-Jérôme-sur-Seine éteindra son éclairage public entre 23h30 et 5h sur l’ensemble de la commune déléguée de Notre-Dame-de-Gravenchon.

En effet, la commune déléguée de Notre-Dame-de-Gravenchon conservait jusqu’à présent son éclairage public allumé tout au long de la nuit.

Dans le cadre de sa politique ambitieuse de transition écologique et de sobriété énergétique, la Municipalité a décidé de mettre fin à cette pratique et d’éteindre son éclairage de 23h30 à 5h.

Cette mesure permettra de réduire la pollution lumineuse, néfaste pour la santé des habitants comme pour la biodiversité nocturne, tout en étant plus économe dans la consommation d’énergie.

Une consultation des habitants sera lancée ultérieurement afin de réajuster si besoin les horaires d’éclairage, pour correspondre au mieux à leurs habitudes de vie. De plus, la Police Municipale Intercommunale est associée à cette démarche pour que cette extinction ne crée pas de sentiment d’insécurité.

De nombreux sites municipaux vont aussi voir leur éclairage adapté (écrans extérieurs du cinéma, locaux municipaux etc.).

Depuis plusieurs années, la Ville travaille à l’amélioration de son éclairage public, notamment avec le remplacement du matériel vétuste par des produits plus performants et moins énergivores, et l’abaissement des puissances nocturnes sur certaines plages horaires, par exemple.

Aujourd’hui, la Ville s’engage dans cette nouvelle étape, en concertation avec d’autres communes du territoire comme Bolbec et Gruchet-le-Valasse.

 

À SAVOIR

  • Les communes déléguées rurales d’Auberville-la-Campagne, Touffreville-la-Câble et Triquerville ont déjà mis en place cette extinction depuis plusieurs années, de 21h à 5h30 du matin.
  • Port-Jérôme-sur-Seine poursuit une dynamique globale de transition énergétique, visant à rendre la ville la plus vertueuse possible sur le plan environnemental. Cela inclut notamment la rénovation énergétique des bâtiments municipaux pour optimiser leurs performances, comme c’est actuellement le cas pour le gymnase Lionel Terray.